Canada

Naviguer les liens entre le diabète et l’insécurité alimentaire

Par Christine Ackerley |  Publié 18 Décembre 2018

 


Novo Nordisk collabore avec des partenaires intersectoriels en ce qui concerne le diabète et l’insécurité alimentaire pour soutenir des options plus saines chez les populations les plus vulnérables.

Nous nous efforçons tous parfois de faire les bons choix alimentaires, mais l’insécurité alimentaire empêche grand nombre de Canadiens de choisir des aliments sains.

L’insécurité alimentaire signifie un approvisionnement en nourriture incertain ou insuffisant pour un foyer à cause de contraintes financières1, et il s’agit d’un problème croissant au Canada. En 2004, environ 9,2 pour cent des foyers canadiens étaient touchés par l’insécurité alimentaire et ce chiffre a passé à 12 pour cent en 2014 — soit plus de 3,2 millions de Canadiens2.

L’insécurité alimentaire fait plus que doubler le risque de développer le diabète de type 2, selon une étude récente de l’Université de Toronto3. En analysant les données de presque 5 000 Ontariens, les chercheurs ont déterminé que l’insécurité alimentaire était un facteur de risque qui, a lui seul, augmentait le risque du diabète, même après la maîtrise des autres facteurs comme la tabagie et l’obésité. Qui plus est, les personnes atteintes de diabète qui vivent dans l’insécurité alimentaire ont davantage tendance à avoir un taux plus élevé d’A1C et d’hyperglycémie4.

Le lien entre les banques alimentaires et le diabète

Bien que toutes les personnes touchées par l’insécurité alimentaire n’aient pas recours aux banques alimentaires, celles-ci offrent une option importante pour ceux qui ont un besoin immédiat.

Novo Nordisk est un fier partenaire de Cities Changing Diabetes, initiative à l’échelle mondiale qui cherche à unir des partenaires pour s’attaquer aux facteurs sociaux et culturels qui rendent les personnes vulnérables au développement du diabète.

À Vancouver, Cities Changing Diabetes collabore avec la banque alimentaire Greater Vancouver Food Bank (GVFB) pour s’assurer que les denrées distribuées sont saines et nutritives.

Grand nombre des donateurs pensent toujours aux banques alimentaires en matière de quantité, mais la qualité alimentaire est tout aussi importante. En nous concentrant sur la santé, nous pouvons voir comment la provision d’aliments malsains peut nuire aux gens qui ont recours aux banques alimentaires au lieu de les aider.

Par exemple, le taux de diabète auto-déclaré était plus élevé chez les personnes faisant appel aux services de la GVFB (13 pour cent) que chez la population totale de la Colombie-Britannique (5,7 pour cent)5. Toutefois, les dons traditionnels aux banques alimentaires sont souvent composés de collations à taux élevé en sucre et très transformées — comme les biscuits et le macaroni et fromage —, ce qui empêche les banques alimentaires à empêcher ou à gérer le diabète.

Grâce à Cities Changing Diabetes, la GVFB s’est associée à une autorité sanitaire locale, Vancouver Coastal Health, pour explorer comment les banques alimentaires pouvaient mieux soutenir la santé de leurs membres. Pour améliorer la littératie alimentaire, des diététistes en santé publique ont collaboré avec les employés de la banque alimentaire et le diététiste interne pour élaborer et démontrer des recettes saines en mettant en vedette des denrées de la banque, comme une salade de chou-navet. Les professionnels en soins de santé ont également visité les centres communautaires pour offrir des conseils de santé sur place.

La Greater Vancouver Food Bank a introduit un système d’analyse de pointe pour étalonner les valeurs nutritives des denrées distribuées, classifiant 400 articles par mois pour atteindre aujourd’hui 8 100 articles uniques. Les efforts des employés pour fournir des aliments plus sains et nutritifs prennent de l’ampleur. En 2017, seulement 59 pour cent des denrées dans l’entrepôt ont été classifiés comme sains et nutritifs, mais en 2018, ce chiffre a passé à 67 pour cent, soit une augmentation impressionnante de 8 points de pourcentage grâce à de meilleurs processus, une meilleure sensibilisation auprès des donateurs et un dialogue intersectoriel.

Intervenez et songez à faire des dons plus sains

Pendant ce temps des Fêtes, songez à faire un don d’articles plus sains et nutritifs à votre banque alimentaire locale, comme ces articles les plus demandés par la GVFB.

Les aliments les plus demandés par les banques alimentaires

  • Haricots noirs, pois chiches et haricots en conserve
  • Conserves de poisson
  • Conserves de poulet ou de dinde
  • Pâtes à grains entiers
  • Riz brun
  • Ragoût ou chili
  • Beurre d’arachides naturel
  • Conserves de légumes
  • Conserves de fruits

Et mieux encore, donnez de l’argent au lieu d’aliments. Les grandes banques alimentaires ont une forte puissance d’achat : chaque 1 $ donné équivaut à plus de 3 $ d’aliments sains.

Nous devrons tous avoir une occasion équitable de prendre des décisions qui nous permettent de vivre une longue vie saine, peu importe le revenu, l’éducation ou l’ethnicité.

 


  1. https://www.ices.on.ca/Newsroom/News-Releases/2018/Food-insecurity-more-than-doubles-the-risk-of-developing-Type-2-diabetes
  2. https://www.utoronto.ca/news/u-t-study-finds-food-insecurity-more-doubles-risk-developing-type-2-diabetes
  3. https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0195962
  4. http://care.diabetesjournals.org/content/36/10/3093
  5. https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0277953618300297?via%3Dihub    

Changing Diabetes®

Changing Diabetes® est la réponse de Novo Nordisk au défi du diabète mondial. Depuis la fondation de la compagnie au Danemark, il y a plus de 90 ans, nous avons changé le diabète.

En apprendre plus